RTPi APOLIMER - Anthropologie politique & écologie de la mer

Présentation

Institut de rattachement
Institut écologie et environnement (INEE)


Responsable
Camille Mazé
Chargée de recherche en science politique
Littoral, Environnement et Sociétés (LIENSs - CNRS/Université de la Rochelle)
camille.maze@univ-lr.fr - 06.61.46.44.85

 

Ressources
Site du RTP

Construit autour de trois piliers (la recherche, la formation, la valorisation), ce RTPi réunit des équipes de plusieurs organismes de recherche français ainsi que des partenaires étrangers, mais aussi des représentants d’associations ou d’organisations internationales. Partant du constat de la dispersion des forces dans ce domaine d’étude pourtant de plus en plus présent dans les agendas scientifiques, politiques, médiatiques et militants, ce RTPi a vocation à contribuer à la structuration de la recherche et de l’action autour de « la gouvernance soutenable des océans » appelée par l’Objectif développement durable n°14 (ONU), dont nous interrogeons les fondements et les déclinaisons de l’international au local : le RTPI explore la fabrique contemporaine des diverses formes de gouvernement de la mer, du global au local, avec une attention particulière aux acteurs, aux groupes, aux réseaux. Les dispositions, ressources et contraintes, valeurs, arguments et stratégies sont saisis dans le cadre d’une approche socio-anthropologique qui fait une place inédite à l’étude des variables écologiques dans le processus de décision et d’action collective. Pour ce faire, les relations entre science, politique et économie sont appréhendées à travers une approche interdisciplinaire au croisement des sciences sociales du politique (science politique, sociologie, anthropologie, sociologie des sciences, géographie critique, histoire, droit, économie) et des sciences de la nature (écologie, biologie, biogéochimie, chimie, physique). Le concept de socio-écosystème est particulièrement travaillé au sein du RTPi, en interaction étroite avec le réseau des zones-ateliers (RZA), depuis la contribution à la construction théorique d’un schéma conceptuel à la mise en œuvre empirique d’expérimentations socio-écologiques sur les territoires côtiers et marins.


L’approche méthodologique en SHS est double, socio-historique et ethnographique afin de tenir compte à la fois de la profondeur historique et de l’évolution des processus sociaux liés au changement ou à la résistance au changement. Elle est également qualitative et quantitative, de manière à pouvoir cartographier (mapping / analyse sociologique de réseaux) et analyser les acteurs, les institutions et les groupes qui contribuent à faire de la Mer un problème public et un objet de gouvernement (mises à l'agenda, processus d'institutionnalisation), de mobilisation et de luttes (groupes d’intérêt, entrepreneurs de causes, modalités de représentation des intérêts autour de la Mer). La question de l’interface entre Savoir, Pouvoir et Avoir constitue un axe d’étude privilégié pour saisir les rapports conflictuels entre conservation et exploitation de la Mer (Production, circulation, appropriation, (dés)appropriation des connaissances scientifiques et des savoirs locaux, autochtones, profanes, professionnels) dans la définition et la production des normes d’action publique. Les sciences de l’environnement sont impliquées de « A à Z » dans le processus de recherche, depuis la construction des questions de recherche, jusqu’à la collecte de donnée, la modélisation socio-écosystémique et l’interprétation des résultats, pour analyser la nature et l’utilisation des connaissances dans les processus de décision et d’action, liées à la gouvernance des socio-écosystèmes marins et côtiers, en comparaison d’autres paramètres (sociologiques, économiques, symboliques).

De manière tout à fait spécifique, ApoliMer vise à démêler les liens historiques et contemporains entre la science et le pouvoir autour de l’objet Mer en explorant les interfaces science/politique/économie/société. L'un des objectifs est ainsi de contribuer à la Nouvelle sociologie politique des sciences (Frickel and Moore, 2006). Pour ce faire, ApoliMer est implanté au cœur du Laboratoire des sciences de l’environnement marin (LEMAR, UMR 6539 CNRS-UBO-Ifremer-IRD) et participe à l’activité de l’Institut universitaire européen à Brest (IUEM), pôle de recherche, de formation et d’observation spécialisé en sciences de la mer. A travers cette combinaison des savoirs et son rayonnement international, le RTPi ApoliMer entend apporter une contribution critique au champ des sciences de la soutenabilité, en reconnectant sciences de l’homme et de la société et sciences de l’environnement pour appréhender de manière holistique les relations Homme / Nature – ce à quoi nous invitent les enjeux contemporains et futurs liés à la vie de l’Homme sur Terre.

    LES THEMATIQUES SCIENTIFIQUES DU RTPI APOLIMER

    Les membres du RTPi interviennent dans trois principaux domaines de recherche :

    • GOUVERNE : Gouvernement, contrôle et surveillance des mers
    • AMOCO : De la gouvernance mondiale des océans à la gestion soutenable des socio-écosystèmes marins et côtiers

    • RETRACE : Résistances et transformations des communautés côtières face aux changements

    L'ORGANISATION DU RTPI APOLIMER


    Comité d'organisation

    • Camille Mazé, CR1 science politique, CNRS, LEMAR (UMR 6539)
    • Olivier Ragueneau, DR2 CNRS, biogéochimiste, LEMAR (UMR 6539)
    • Anatole Danto, Doctorant (ARENES UMR 6051 / LEMAR UMR 6539)

     

    Bureau

    Zone géographique

    Membres unités françaises 

    Correspondants anglophones

    Océanie

    Pierre-Yves le Meur, Directeur de recherche, Anthropologie, UMR GRED, IRD
    pierre-yves.lemeur@ird.fr

    Dr Simon Foale - Principal Research Fellow, Centre for Tropical Biodiversity and Climate Change, James Cook University, simon.foale@jcu.edu.au

    Afrique

    Tarik Dahou, Directeur de recherche IRD, UMR 208 PATRIMOINES LOCAUX (IRD/MNHN), tarik.dahou@ird.fr

    TBD

    Europe

    Camille Mazé, CR1 CNRS science politique, LEMAR (UMR 6539)

    Caitriona Carter, Research professor in political science, IRSTEA, caitriona.carter@irstea.fr

    Arctique

    Anne Choquet
    Enseignant-chercheur en droit
    Brest Business School, UMR AMURE
    Anne.choquet@brest-bs.com

    Frédéric Lasserre, Professeur au département de géographie de l’Université Laval, Frederic.Lasserre@ggr.ulaval.ca

    Asie

    Eric Frécon
    Professeur, Enseignant-chercheur science politique
    École Navale, Observatoire Asie du Sud-est
    Eric.frecon@ecole-navale.fr

    TBD

    Amériques

    Sabrina Doyon, Pr d’Anthropologie, Département d'anthropologie
    Université Laval
    Sabrina.Doyon@ant.ulaval.ca

    TBD

    Sciences de la soutenabilité

    Olivier Ragueneau, Directeur de recherche CNRS, LEMAR UMR 6539, olivier.ragueneau@univ-brest.fr

    Gary Kofinas
    Pr, Ressource management
    IAB, University of Alaska Fairbanks
    gpkofinas@alaska.edu

    Membres par discipline

     

    Sciences sociales du politique

    • Caitriona Carter
    • Tarik Dahou
    • Eric Frecon
    • François Gemmenne
    • Jean-Marie Kowalski
    • Dina Ionesco
    • Frédéric Lasserre
    • Emilie Mariat-Roy
    • Camille Mazé
    • Annalisa Mendaro
    • Daria Mokhnacheva
    • Pierre-Yves le Meur
    • Estienne Rodary
    • Julien Weisbein

     

    Doctorants

    • Anatole Danto
    • Damien Schrijen

     

    Sciences de l'environnement / Sciences de la soutenabilité

    • Laurent Chauvaud
    • Jennifer Guarini
    • Jean-Marc Guarini
    • Gary Kofinas
    • François Le Loch
    • Nathalie Niquil
    • Olivier Ragueneau
    • Pierre Boudry