Les Ecotrons : une infrastructure de recherche de rang mondial dédiée à l’expérimentation

Les Ecotrons sont le fruit d’une rupture conceptuelle et technologique avec les outils classiques de l'écologie que sont l'observation et l'expérimentation en plein champ. Grâce à des capacités inégalées de contrôle de l’environnement et de mesure des processus écosystémiques, ils permettent de comprendre et modéliser le fonctionnement des écosystèmes, des organismes et de la biodiversité en réponse aux variations environnementales.

L’expérimentation sur les écosystèmes est un enjeu scientifique de premier plan qui demande de maîtriser la dynamique de systèmes complexes et adaptatifs ainsi que le contrôle et la mesure des paramètres physico-chimiques et biologiques associés. Le principe d’un Ecotron est d’étudier des organismes et/ou des écosystèmes placés dans des enceintes totalement ou partiellement étanches afin de permettre une régulation précise de leur environnement en même temps qu’un suivi en continu des échanges de matière et d'énergie entre les compartiments de l'écosystème et entre organismes. Cinq plateformes expérimentales ont été développées par le CNRS pour adresser les milieux terrestres, aquatiques ou marins à différentes échelles, du micro au macrocosme.

L’infrastructure de recherche Ecotrons, coordonnée par l’Institut écologie et environnement du CNRS, inclut deux sites complémentaires : l'Écotron Européen de Montpellier et l'Écotron IleDeFrance. Sa mission est de fournir à la communauté scientifique et aux entreprises des dispositifs expérimentaux technologiquement avancés et originaux permettant de faire progresser i) la connaissance du fonctionnement des organismes et des écosystèmes, ii) la prévision de l’altération de ce fonctionnement par les changements globaux, notamment climatiques, et iii) la mise au point de mode de gestion permettant d’exploiter durablement les services fournis par ces écosystèmes.

Ouverts à la communauté nationale et internationale, les Ecotrons accueillent des consortiums de différentes disciplines : écologie (écologie fonctionnelle, biologie des populations, interactions biotiques, chaînes trophiques, évolution), géosciences (cycles biogéochimiques, reconstruction des climats, …), agronomie (prédiction des rendements et de la durabilité des systèmes de production, tests de gestions alternatives des écosystèmes, agro-écologie), mais aussi biologie fondamentale (mécanismes physiologiques, épigénétiques, …).

Les écotrons français constituent une nouvelle génération après celle de l’Ecotron de Londres à Silwood Park et des EcoCell de Reno dans le Nevada. Ils sont caractérisés par un plus grand nombre d’unités expérimentales mieux équipées et instrumentées, ce qui permet d’étudier statistiquement l’interaction entre facteurs dans de nombreuses conditions. Cette logique répond à une nécessité scientifique car les interactions entre forçages environnementaux sont au cœur du fonctionnement des écosystèmes.

Les écotrons sont partenaire du projet ESFRI d’infrastructure Européenne AnaEE (Analysis and Experimentation on Ecosystems) et de sa composante française AnaEE-France, infrastructure nationale en biologie et santé. Les Écotrons sont soutenus par le Programme des Investissements d’Avenir, les Conseils régionaux Languedoc-Roussillon et Ile-de-France, les fonds structurels Européens FEDER et les Très Grandes Infrastructures de Recherche du CNRS. Ils développent des partenariats étroits avec le programme UE Biosphere 2 des US.

L'infrastructure de recherche Ecotrons

Logo des Ecotrons

  • 5 plateformes sur 2 sites
  • 10 ans de construction
  • des équipes techniques dédiées
  • une instrumentation à la pointe de la mesure des processus biogéochimiques
  • des flux de données en ligne et en temps réel

Ecotron de Montpellier

L’Ecotron de Montpellier est situé sur le campus de Baillarguet (7 km au Nord de Montpellier). Il est constitué d’un bâtiment de 2000 m² qui accueille 3 plateaux expérimentaux : les Macrocosmes (12 unités de 30 m3, 5 m² de surface d’écosystème chacune), Mésocosmes (16 unités, 1 à 4 m3, 0,5 à 1,0 m² d’écosystème) et les Microcosmes (13 chambres de culture pouvant recevoir chacune de 4 à 400 microcosmes suivant le modèle étudié). Les deux premiers plateaux sont conçus pour des écosystèmes terrestres en lumière naturelle et le plateau Microcosmes est en lumière contrôlée. Les trois plateaux sont particulièrement instrumentés pour la mesure des échanges gazeux et l’isotopie.

ecotron
Des chercheurs expérimentent dans un des macrocosmes de l'Écotron européen de Montpellier.
Ils mesurent les échanges gazeux entre le sol et l’atmosphère.
© CNRS Photothèque / Hubert Raguet

En savoir plus / Contacts :

Site de l'Écotron Européen de Montpellier - Baillarguet

Alex MILCU
Tel : 06.18.59.60.94

Campus de Baillarguet
1 Chemin du rioux
34980 Montferrier-sur-Lez

Ecotron Ile-de-France

L’Ecotron IleDeFrance est situé à Saint-Pierre-lès-Nemours, au CEntre de Recherche en Ecologie Expérimentale et Prédictive (CEREEP). Il est constitué d’unités modulaires, les Ecolabs, de 25 m² chacun et comprenant une cellule de laboratoire et trois cellules environnementales (16 m3, 1.5 m2 d’écosystème chacune). Ces modules seront intégrés dans un ensemble foncier associant un bâtiment de recherche de 800 m2 et une plateforme d’accueil d’un réseau de six Ecolabs, soit 18 cellules environnementales. Les Ecolabs permettent la simulation d’une grande gamme d’environnements climatiques et des études en milieu aquatique. Le bâtiment de recherche accueille 10 à 15 microcosmes aquatiques (10-20L).

ecotron idf
Ecolux de l'Ecotron IleDeFrance
©Ecotron IleDeFrance

En savoir plus / Contacts :

Site du CEREEP - Écotron IleDeFrance – Foljuif

Jean-François LE GALLIARD
Tel : 01.64.28.12.00 

Station biologique de Foljuif
78, rue du Château
77140 Saint-Pierre-lès-Nemours